Et si tu avais une baguette magique?

Par Annie Cusson et Christine Sauvé

Vous vous demandez peut-être comment est né l’accompagnement individuel à l’autogestion à Relief?

En fait, c’est assez simple, cette idée vient de diverses personnes concernées par la santé mentale (anxiété, dépression et trouble bipolaire) et qui cherchent des solutions pour aller mieux. Dans son ADN, Relief a toujours tenté d’être à l’écoute des besoins exprimés et de rebondir efficacement pour y répondre, ce pourquoi nous pouvons vous raconter cette histoire de création aujourd’hui.


Depuis plusieurs années, des questions revenaient régulièrement. Par exemple: “Je ne me sens pas prêt.e à pratiquer l’autogestion en groupe, est-ce possible de le faire avec un de vos intervenant.e.s” ou encore “Est-ce que c’est possible d’approfondir un des outils?”. Pour Relief, c’était une évidence que nous devions créer un nouveau service AVEC les personnes concernées. Relief a donc choisi une approche participative qui s’appelle le co-design basé sur l’expérience afin de créer tous les détails du nouveau service.

 

Qu’est-ce qu’on fait lorsqu’on s’implique dans une équipe de co-design?

 

Nous construisons un terrain de jeu délimité par certains paramètres et nous invitons des personnes qui vivent avec des difficultés de santé mentale, dans ce cas-ci, anxiété, dépression et bipolarité afin de réfléchir à tous les détails qui entourent le service. Il s’agissait d’entrevoir l’avenir d’un service en autogestion de manière réaliste et créative.

Dans le co-design, on imagine avoir une baguette magique avec laquelle on lance des idées, on en attrape quelques-unes et on fait des choix. En groupe, on confronte des thématiques et on répond à des enjeux économiques, pratiques.

Concrètement, ce sont 3 chercheur.euse.s, 2 étudiantes respectivement en psychologie et psychoéducation, une direction clinique, 12 personnes ayant un vécu en santé mentale, et 9 rencontres étalées sur une année qui ont permis de mettre en place le service tel que vous le connaissez. Chaque personne s’est inspirée de ses propres expériences passées ou actuelles pour imaginer un service actif qui répond aux besoins.

 

“Pour moi, le co-design, ça optimise mon mode de fonctionnement. Le co-design et l’accompagnement ont été une complémentarité dans mon cheminement. C’est organique et c’est basé sur la créativité et la notion de choix. La démarche proposée et l’espace qui sont créés pour que la démarche émerge a des impacts nommés et observés sur mon activation cognitive.”

- Participante à l'accompagnement individuel

 

Qu’ont en commun le co-design et l’accompagnement individuel en autogestion?

L’autonomie dans les décisions et la reprise de pouvoir des personnes est au centre des intentions de Relief, du processus d’inscription à l’accompagnement individuel. En débutant une démarche avec votre portrait de l’autogestion, vous choisissez vos thématiques prioritaires et pendant votre parcours, vous choisissez de vous mettre en action en lisant la plateforme. Lorsque le service a été pensé, les co-designers ont fait la même chose: ils ou elles ont dû faire confiance à leur parcours personnel et ont choisi les parties de leur vécu à partager pour prendre des décisions sur le futur service.

 

En conclusion, Relief à un désir particulier de reconnaître le vécu des personnes, l’honorer et le valoriser. Non seulement pour “faire beau”, mais bien parce que le processus réel des personnes qui “vivent avec” est une source d’information incontournable pour créer des services adéquats et qui font du sens. Cela devient un processus fluide dans lequel les voix de chacun.e. peuvent résonner.

C’est inspirant, non?


Article de blogue écrit par Christine Sauvé, chargée de projets - recherche et activités clinique et Annie Cusson, pair.e- chercheur.e

Derniers articles